AUTOMATIC CITY

Après un premier album blues roots ‘One Batch Of Blues’, AUTOMATIC CITY sort ‘Bongoes & Tremoloes’ sur Stag-O-lee records. Son titre donne la direction musicale : un rythm’n’blues pimenté de percussions tribales, de rythmes caribéens, d’inspirations vaudou, de guitares sauvages, ainsi que d’instruments exotiques à la tradition du genre, tels que le Sanza, le Sitar électrique, des instruments électroniques primitifs comme le Stylophone, le Theremin ou la boîte à rythme « Ace Tone », utilisée auparavant par JJ Cale, ou Sly Stone.
Cette potion ensuite filtrée à travers un vieux « Space Echo » à bandes, évoque l’atmosphère moite et mystérieuse du sud de la Nouvelle-Orléans, la pêche nocturne à l’écrevisse dans le bayou, le clair de lune de la Havane, les sons d’un rituel vaudou …
Capturé en live en deux jours, le quartet revisite des titres de Willie Dixon, Billy Boy Arnold, Billy « the kid » Emerson, le « Havana Moon » de Chuck Berry, ainsi qu’une version hypnotisante de « Goin’ Down South », et une reprise de « Crawfish » tirée du film « King Creole » (1958), qui fût pour Joe Strummer, son morceau préféré d’Elvis.
‘Bongoes & Tremoloes’ présente aussi des compositions originales, le « Resolution Blues » rappelle les premiers enregistrements de John Lee Hooker, « Evil Eyes On Me », inspiré du jeu de guitare slide de Fred McDowell, et « Puppet made of Shipwreck Wood », avec un ensemble d’intrumentaux qui contribuent à la magie et l’ambiance particulière de ces enregistrements.

Site Internet : http://www.automaticcity.fr/